Lundi 2 septembre 2019
La plaidoirie concerne la politique et le changement, les valeurs et les croyances, la conscience et le savoir. Il s’agit de construire des organisations démocratiques et d’accroître la capacité des citoyens à comprendre le fonctionnement du pouvoir. C'est aussi un ensemble de «conseils» permettant aux gens de connaître la réalité, de choisir et de se gérer dans la société moderne. [jpic-jp]

Le pape François lors du Forum Social Mondial sur les Migrations (Mexique, novembre 2018 - SFMM), a envoyé un message clair : les réfugiés et les migrants sont des personnes et personne n'a le droit de penser pour eux, de les juger sur leurs raisons de prendre ce risque d'aventure. Néanmoins, leur propre famille, leur propre peuple, leur propre Église ont ce droit et même le devoir de le faire. Certains évêques africains ont décidé de le faire et de plaider auprès de leur jeunesse avec ces mots forts : « Ne croyez pas aux fausses promesses conduisant à l'esclavage » et à la mort « en Méditerranée ou dans le désert libyen ».

Réunis à Ouagadougou, Burkina Faso, du 14 au 20 mai, pour la 3ème assemblée plénière, les évêques de la Recowa-Cerao - les conférences nationales et interterritoriales de l'Afrique de l'Ouest - ont publié une déclaration et un message pastoral qui mentionne également le fléau de l'émigration de masse.

Les évêques saluent d’abord les importantes étapes franchies par l'Afrique au cours des dernières années, grâce au travail missionnaire de l'Église, à son engagement caritatif et au dévouement de ses enfants. Cependant, soulignent-ils, « au cours de ces dernières années, l’on voit apparaître des menaces inattendues, des tragédies inédites, et des catastrophes nouvelles qui cherchent à annihiler, tous ces efforts de développement social et de promotion humaine ». La liste est longue : « des épidémies que l’on n’arrive pas à maîtriser, des catastrophes écologiques, de nouveaux foyers de tensions sociales, des violences intercommunautaires et interreligieuses qui contrastent avec les traditions séculaires de tolérance et d’hospitalité, des élections organisées dans des conditions chaotiques, qui débouchent sur des crises meurtrières, des atteintes à la démocratie, des réconciliations nationales difficiles à réaliser, de nouvelles formes de terrorisme interne aux États ou transfrontalier, qui frappent aveuglément ». Ils y ajoutent « le drame de la migration qui touche spécialement des jeunes Africains » à qui ils adressent directement une partie de leur message.

« Ne vous laissez pas égarer par de fausses promesses »

« Vous représentez le présent et l’avenir de l’Afrique, qui doit lutter avec toutes ses ressources, pour la dignité et le bonheur de ses fils et filles. Dans ce cadre, nous ne pouvons pas nous taire, devant le phénomène de votre migration, en particulier vers l’Europe. Nos cœurs de pasteurs et de pères souffrent devant le spectacle de ces embarcations surchargées de jeunes, de femmes et d’enfants qui s’abîment dans les flots de la Méditerranée. Certes, nous comprenons votre soif de bonheur et d’un mieux-être que vos pays ne vous offrent pas. Le chômage, la misère, la pauvreté, demeurent des maux qui humilient et révoltent. Cependant, ils ne doivent pas vous entraîner à sacrifier votre vie, en empruntant des chemins si périlleux et pour des destinations incertaines. Ne vous laissez pas égarer par de fausses promesses, qui vont vous conduire à des esclavages et à un avenir illusoire ! ».

L'Afrique n’est pas un continent dépourvu de tout. Au contraire, « Dieu a béni l’Afrique et l’a dotée de tant de richesses humaines et naturelles, qu’elle peut offrir à tous ses enfants ce qu’il leur faut ».

Au-delà des mots, nous pouvons également percevoir l’enseignement catholique, affirmant que risquer sa propre vie pour une raison insuffisante et sans valeurs supérieures n’est pas en accord avec la volonté de Dieu. C'est pourquoi les évêques invoquent le Seigneur pour sensibiliser les jeunes aux « dangers de l'émigration irrégulière. Étant donné ces tragédies qui se déroulent sous nos yeux, nous devons reconnaître que l'Afrique s'effondre ». L’appel de plaidoirie est clair : «Avec un dur labeur et de la persévérance, vous pouvez réussir en Afrique, et, surtout, faire de ce continent une terre prospère ». 

Un double appel.

Les évêques adressent aussi deux autres messages. Le premier aux gouvernements et aux politiciens des pays d’origine de l’immigration : « De par vos fonctions politiques, vous êtes spécialement les gardiens de vos frères et sœurs, et de vos nations. Dans leur aspiration au développement, dans leur désir profond d’un mieux-être, dans leur lutte pour des conditions de vie meilleure, dans leur aspiration à la paix, à l’éducation, au bonheur, les regards de vos peuples sont tournés vers vous ». Ils lancent alors une véritable plaidoirie : « Sans vouloir se substituer à vous, dans vos responsabilités politiques, l’Église dont la mission est tout autre, se tient à vos côtés. Avec vous, elle veut œuvrer pour des nations apaisées et des communautés plus unies, autour des valeurs nouvelles du Royaume de Dieu qui transcendent les barrières ethniques, religieuses et géographiques. Avec vous, l’Église veut collaborer pour promouvoir la bonne gouvernance, l’état de droit démocratique, les élections transparentes, justes et crédibles, le respect des constitutions nationales, le verdict des urnes et l’alternance démocratique ».

La deuxième demande est adressée aux pays hôtes de l'immigration. « Nous en appelons à un ordre international plus juste, pour que notre continent ne soit pas continuellement pillé au profit d’une minorité. Nous plaidons en faveur d’une meilleure répartition des richesses du monde, d’une rémunération plus juste des efforts de chacun, d’une réelle justice sociale aussi bien à l’intérieur de nos États, qu’au niveau des relations internationales ».

Les évêques sont conscients que personne ne peut être un signe d'espoir sans être crédible. Par conséquent, ils se tournent fraternellement vers tous « les autres leaders religieux ».

« Une tâche urgente pour l’Afrique nous interpelle tous, avec le développement de nouvelles formes d’intégrismes, sources de violences aveugles, qui sèment la terreur et déstabilisent nos nations. C’est ensemble que nous devons nous lever pour dénoncer toute instrumentalisation de la religion, en particulier, les assassinats perpétrés au nom de Dieu. Notre Dieu est un Dieu d’amour et nous devons le servir, en aimant, et non en tuant des innocents en son nom. Ceux qui le font souhaitent sans doute nous lancer dans une guerre inter-religieuse ou interethnique. Nous ne céderons jamais à leur manipulation et resterons fermes dans notre détermination à cultiver le dialogue inter-religieux et le vivre-ensemble, dans une acceptation mutuelle et un accueil réciproque ».
[jpic-jp]

Voir le Message Pastoral De La 3ème Assemblée Plénière De La RECOWA-CERAO