Mercredi 14 juillet 2021
En 2014, l’Assemblée générale des Nations Unies proclamait le 15 juillet Journée mondiale des compétences des jeunes afin de célébrer l’importance stratégique de la transmission aux jeunes des compétences nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat. [Nations Unies]

Journée mondiale des compétences des jeunes

Photo : UNESCO-UNEVOC/Ruth Oluniyi Pemisola (gauche), UNESCO-UNEVOC/Alejandro Marecos (droite)

Réimaginer les compétences des jeunes dans l’après-pandémie

En 2014, l’Assemblée générale des Nations Unies proclamait le 15 juillet Journée mondiale des compétences des jeunes afin de célébrer l’importance stratégique de la transmission aux jeunes des compétences nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat. Depuis lors, les manifestations de la Journée mondiale des compétences des jeunes ont fourni une occasion sans pareil de dialogue entre jeunes, institutions d’enseignement et de formation techniques et professionnels (EFTP), entreprises, organisations patronales et syndicales, décideurs et partenaires du développement.

La Journée mondiale des compétences des jeunes 2021 va avoir lieu dans un contexte difficile, la persistance de la pandémie de COVID-19 se traduisant par un ample bouleversement du secteur de l’EFTP. Si les campagnes de vaccination suscitent certains espoirs, l’EFTP a encore bien du chemin à parcourir pour se remettre, surtout dans les pays qui restent accablés par la propagation de la maladie. Le développement des compétences des jeunes va se heurter à toute une gamme de problèmes inhabituels résultant d’une crise où la formation s’est trouvée bouleversée comme jamais auparavant à une échelle pratiquement universelle.

Les jeunes de 15 à 24 ans sont particulièrement exposés aux conséquences socio-économiques de la pandémie. Les fermetures d’écoles et d’entreprises entraînent des pertes d’apprentissage et de formation. Certaines transitions importantes du cycle de vie deviennent difficiles sinon impossibles, y compris le passage d’un diplôme d’enseignement général ou d’EFTP au niveau secondaire ou supérieur, l’autonomie résidentielle et l’insertion sur le marché du travail.

L’EFTP a un rôle essentiel à jouer dans le renforcement de la résilience des jeunes. Il est essentiel que toutes les parties prenantes assurent la continuité du développement des compétences et mettent en place des dispositifs de formation pour combler les pénuries de compétences. Il faut reconcevoir des solutions d’une manière qui tienne compte non seulement des réalités d’aujourd’hui, mais aussi de l’ensemble des possibilités de l’avenir.

L'importance de cette Journée

La hausse du chômage des jeunes est l’un des plus grands problèmes auxquels les économies et les sociétés sont confrontées dans le monde actuel, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement.

Le nombre de jeunes actuellement non scolarisés, sans emploi ni formation (NEET) augmente, et les jeunes femmes sont deux fois plus susceptibles d’être concernées que leurs homologues masculins, souligne le dernier rapport « Tendances mondiales de l’emploi des jeunes 2020 », publié par l’Organisation internationale du Travail (OIT). Le terme « NEET » est souvent utilisé pour désigner cette catégorie de jeunes et vient de l'anglais : « not in employment, education or training ».

En 2016, 259 millions de jeunes étaient classés comme NEET, un chiffre qui aurait grimpé à 267 millions en 2019 et devrait continuer d’augmenter pour atteindre 273 millions en 2021. En termes de pourcentage, la tendance est aussi à la hausse – de 21,7 % en 2015 à 22,4 % en 2020. Ces tendances impliquent que l’objectif assigné par la communauté internationale de réduire sensiblement le taux de NEET d’ici à 2020 ne sera pas atteint.

Proclamée en 2014 par l'Assemblée générale des Nations Unies, la Journée mondiale des compétences des jeunes souligne l’importance de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP) pour donner aux jeunes la possibilité de développer leurs compétences et d’accélérer leur transition vers le monde du travail.  Elle vise aussi à promouvoir l’acquisition de compétences par les jeunes car celles-ci les mettrait mieux à même de faire des choix en connaissance de cause concernant leur vie et leur travail et leur donnerait les moyens d’accéder à un marché du travail en évolution.

L'enseignement et la formation techniques et professionnels 

Les compétences et l’emploi des jeunes sont des éléments fondamentaux du Programme de développement durable pour l’après 2030 et des 17 objectifs de développement durable. L’une des cibles de l’objectif 4 vise à augmenter considérablement, d’ici à 2030, le nombre de jeunes et d’adultes disposant des compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat.

L’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP) peuvent fournir aux jeunes les compétences nécessaires pour accéder au monde du travail, notamment les compétences leur permettant de travailler à leur compte. L’EFTP peuvent également aider les entreprises et les communautés à s’adapter à l’évolution des compétences exigées, accroître la productivité et augmenter les niveaux de rémunération. Cet apprentissage peut réduire les obstacles en termes d’accès au monde du travail, par exemple au moyen de la formation en situation de travail, et faire en sorte que les compétences acquises soient reconnues et certifiées. Il peut en outre offrir des opportunités de développement des compétences aux personnes peu qualifiées qui sont sous-employées ou sans emploi, aux jeunes déscolarisés et aux individus qui ne sont ni employés, ni étudiants ou en formation (NEET).

[Nations Unies]